L'année liturgique

Vous connaissez l'année civile ou l'année scolaire, mais connaissez-vous l'année liturgique ?

Elle commence le 1e dimanche de l'Avent (4 semaines avant Noël) et retrace

les événements de la vie de Jésus.

 

Les messes et leurs lectures s'organisent autour de cette année (voir la page

"Vivre la messe").

 

Notre calendrier est jalonné de fêtes religieuses chrétiennes que l'on vit souvent uniquement parce qu'elles sont l'occasion de jours fériés ou de vacances et

dont on a oublié le sens et l'origine.

 


Le temps de l'Avent

L'Avent n'est pas juste avant Noël ! C'est un mot qui nous vient du latin adventus qui signifie "avènement", soit "venue du Messie".

 

L'Avent est donc un temps d'attente et de préparation pour accueillir Dieu qui vient à notre rencontre.

Les calendriers de l'Avent du commerce nous permettent d'attendre les cadeaux de Noël avec un cadeau quotidien (un chocolat, un objet, une image, etc) ! Mais c'est encore nous qui recevons des cadeaux !

 

Et si on suivait Kim et Noé et leur calendrier de l'Avent original où c'est à nous de faire des cadeaux à Jésus !

Souvenons-nous que faire plaisir à Jésus, c'est faire plaisir à quelqu'un (voir Mt25,34-40)...


Le temps de Noël

Le temps de Noël commence avec la naissance de Jésus fêtée dans la nuit entre le 24 et le 25 décembre et se termine

par son baptême le 3e dimanche suivant.

C'est une période entièrement tournée vers Jésus petit-enfant : au cours des messes dominicales, nous pouvons donc entendre

les récits de la Nativité lors des messes de Noël, puis la messe de la Sainte-Famille, l'Epiphanie et enfin le Baptême du Seigneur.

 

Le choix de fêter l'incarnation de Dieu à cette période de l'année civile est à mettre en lien avec le solstice d'hiver où les jours commencent à se rallonger, permettant un parallèle avec le Christ apportant sa lumière aux hommes et la victoire de la lumière

sur les ténèbres grâce à Jésus.

Noël

Même si Noël est devenue une fête commerciale,

célébrée aussi par les non-chrétiens, elle reste une source de joie

et l'occasion de belles rencontres familiales.

Mais Jésus lui-même s'interroge sur cette étonnante façon

de lui fêter son anniversaire !

Télécharger
ANNIVERSAIRE de Jésus.pdf
Document Adobe Acrobat 71.5 KB

Signification et origine

Vous trouverez ci-dessous des explications très intéressantes à propos de ces symboles :

Télécharger
Origines de NOEL.pdf
Document Adobe Acrobat 345.4 KB

L'Epiphanie

L'origine du mot 'Epiphanie' est grecque et signifie "apparition" et, par extension, "de notre Seigneur".

Elle est fêtée 12 jours après la naissance de Jésus, '12' étant le nombre symbolisant la totalité (12 mois, 12 heures, 12 apôtres,

12 tribus d'Israël, etc) ; comme elle est associée à la visite des Mages d'Orient à l'enfant Jésus, elle étend la venue du Christ

au monde dans sa totalité.

Quel rapport avec la galette des rois ?!

Le temps de Noël correspondant à l'allongement des jours,

la galette ronde et dorée, symbolise le soleil.

Mais sa tradition remonte à la Rome antique : durant la fête des Saturnales, les maîtres et les esclaves inversaient leur rôle et l'esclave qui trouvait la fève devenait "le roi de la journée".

 

En France, les brioches sont plutôt consommées dans le sud, les galettes à la frangipane dans le nord.

Nous, on a de la chance, on habite entre les deux :

on a le choix de manger l'une ou l'autre, ou les 2 !


Les temps ordinaires

 

 

Ces longues périodes entre les fêtes de Noël et Pâques, permettent de ne pas oublier que Jésus a été un homme "ordinaire" vivant au milieu des autres des moments simples mais uniques qui bâtissent une vie.

 

Des fêtes telles que la chandeleur, l'Assomption ou la Toussaint y sont célébrées.

La Chandeleur (2 février)

Comme toutes les fêtes chrétiennes, la Chandeleur a une origine païenne : d’après la coutume, les paysans parcouraient les champs en portant

des flambeaux (des chandelles) pour purifier la terre avant de semer.

La tradition voulait que l’on fasse des crêpes avec la farine de l’année précédente, symbole de prospérité pour l’année à venir.


Au Ve siècle, le pape la remplace par la Présentation de Jésus au temple. On la fête 40 jours après Noël, 40 étant le chiffre symbolisant la "purification" qui demande du temps (à rapprocher des 40 jours au désert pour Jésus et des 40 ans d'exode

pour le peuple hébreu - voir le chapitre sur le Carême).

L'Assomption (15 août)

 

'Assomption' vient du latin assumere qui signifie "enlever".

Il est associé à l'événement au cours duquel la Vierge Marie, la mère de Jésus,

au terme de sa vie terrestre, serait montée directement au Ciel, sans passer par la mort.

La Toussaint (1er octobre)

 

La Toussaint est souvent confondue avec la commémoration des défunts (le 2) certainement car c'est là que les familles honorent leurs morts en fleurissant leurs tombes

(peut-être aussi à cause d'Halloween !). Mais non !

 

Venez découvrir sa signification et d'autres informations très intéressantes données par l'école St-Joseph de La Tour du Pin :

 

Télécharger
TOUSSAINT.jpg
Image JPG 81.0 KB


Le temps du Carême

"Carême" est un mot qui veut dire "quarante".

Le nombre 40 symbolise un temps de maturation, de lutte contre le mal,

une longue période qui nécessite un travail sur soi.

 

D'une durée de 40 jours (à mettre en relation avec les 40 jours de Jésus

au désert, précédant sa vie publique, eux-mêmes en relation symbolique

avec les 40 ans de traversée du désert par les Hébreux avant leur entrée

en Terre Promise), le carême permet aux chrétiens de se préparer à vivre pleinement la grande fête de Pâques.

Télécharger
40 jours.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Cette préparation est un temps de cheminement (marqué par le jeûne, la prière et le partage) et n'a rien à voir avec une pratique imposée qui serait mal vécue (au sens "difficile à vivre" mais aussi au sens "pas vécue de la bonne manière"). C'est une démarche spirituelle et donc personnelle que chacun est appelé à vivre dans son cœur et non ouvertement (voir les extraits bibliques

ci-dessous extraits du manuel Kim et Noé - culture).

Rien à voir avec un "ramadan chrétien" comme on l'entend parfois !

Il commence le Mercredi des Cendres et se termine avec la messe du Jeudi Saint.

Le Mercredi des Cendres

Avant le carême, une période de trois jours de fête populaire, d'exubérance et d'abondance célèbre le carnaval (du latin carne levare qui signifie "enlever la viande") qui est associé à l'ingestion d'une grande quantité de nourriture avant de manger maigre (sans viande) pendant le carême : le dimanche, le lundi et le mardi gras.

L'entrée en carême se fait lors d'une messe au cours de laquelle s'est développé le geste symbolique de l'imposition des cendres : le prêtre trace une croix sur le front des fidèles, avec des cendres. Il exprime ainsi que l'Homme est mortel en disant "Souviens-toi que

tu es poussière et que tu retourneras à la poussière".

A l'origine, seuls ceux qui avaient péché recevaient "le sac et la cendre" pour se vêtir durant le temps de pénitence nécessaire à leur réintégration dans la communauté chrétienne. Puis ce geste s'est étendu à tous les chrétiens qui s'engagent à une conversion et un effort sur soi pour se tourner vers les autres et vers Dieu.

La Semaine Sainte et le Triduum pascal

La Semaine Sainte retrace les derniers jours de Jésus à Jérusalem.

Pendant le Triduum pascal (3 jours qui célèbrent Pâques), les chrétiens se remémorent la Passion, la Mort et la Résurrection

de Jésus.

 

Explications tirées de 'Ze Bible' et illustrées à l'aide des vitraux réalisés en 2015 par les 4e3e :

 


1e jour : le dimanche des Rameaux - Faites place au Roi !

Un roi pour la paix. D'après Jn 12,12-19 : "Les Juifs se souviennent peut-être du temps des Maccabées, ces héros de la résistance du passé (2Mac 10,7 : "C'est pourquoi, maintenant, ils portaient des bouquets de feuillage, des rameaux verts et des feuilles de palmier, et ils faisaient monter des chants de louange vers celui qui leur avait permis de purifier son temple."). Ils accueillent Jésus avec des branches de palmiers et des cris de gloire de Dieu, comme s'il allait les débarrasser de l'occupant [romain]. Erreur ! Jésus monte sur un âne : c'est l'image symbolique d'un roi non-violent, venu pour la paix (Zach 9,9 : "Eclate de joie, Jérusalem ! Crie de bonheur, ville de Sion ! Regarde, ton roi vient à toi, juste et victorieux, humble et monté sur un ânon, le petit d'une ânesse.").


2e jour : La tension monte...

Complot. D'après Lc 20,9-18 : "Jésus voit les chefs religieux prêts à retourner la foule contre lui. Il raconte une parabole : la 'vigne' c'est le peuple d'Israël ; le 'propriétaire' c'est Dieu ; les 'vignerons' sont les prophètes ; le 'fils bien-aimé' c'est Jésus. Les chefs religieux n'ont écouté ni les prophètes ni Jean-Baptiste (Lc 20,5 : "Mais ils se mirent à discuter entre eux et se dirent : "Si nous répondons 'C'est Dieu qui l'a envoyé', il nous demandera : 'Pourquoi n'avez-vous pas cru Jean ?'"). Maintenant, ils sont prêts à tuer le Fils que Dieu leur envoie. Mais la mort de ce Fils n'aura pas le dernier mot. Il deviendra le socle d'une nouvelle construction (Ps 118,22 : "La pierre dont les maçons ne voulaient pas est maintenant la principale, la pierre de l'angle.").

3e jour : Une tragédie en marche...

D'après Mc 10,32-34 : "Jésus annonce plusieurs fois à ses disciples qu'il va souffrir et mourir. Qui le fera mourir ? Les autorités religieuses (Mc 8,31 : "Ensuite, Jésus se mit à donner cet enseignement à ses disciples : "Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup ; les anciens, les chefs des prêtres et les maîtres de la loi le rejetteront ; il sera mis à mort, et après trois jours, il se relèvera de la mort.") ? Les hommes en général (Mc 9,31 : "Voici, en effet, ce qu'il enseignait à ses disciples : 'Le Fils de l'homme sera livré aux mains des hommes, et ceux-ci le mettront à mort ; et trois jours après, il se relèvera de la mort.") ? Ici, les autorités juives et les païens romains représentent toute l'humanité qui s'oppose à Jésus."

4e jour : Objectif libération !

Voici l'Agneau... D'après Jn 1,29-34 : "Jean-Baptiste [a exprimé] la mission de Jésus en référence à l'Ancien Testament. Dans l'Exode, par exemple, Dieu a protégé son peuple de la mort et l'a libéré de l'esclavage en Egypte grâce au sang de l'agneau mis sur le montant des portes (Ex 12,7 : "On prendra de son sang pour en mettre sur les deux montants et sur la poutre supérieure de la porte d'entrée, dans chaque maison où l'un de ces animaux sera mangé."). Ainsi, Dieu a envoyé Jésus pour mettre fin à l'emprise du péché et du mal sur le monde, et aussi dans la vie de chacun."

5e jour : le Jeudi saint - Jésus prépare son départ.

(La célébration du Jeudi saint met fin au temps de carême et entame le Triduum pascal, les 3 derniers jours qui terminent la semaine sainte : les jeudi, vendredi et samedi.)

 

 

 

 

 

Le maître serviteur... D'après Jn 13,1-20 : "Pieds nus dans les sandales, on se salit sur les routes de Judée. Comme un esclave qui accueille les voyageurs, Jésus accomplit une des tâches les plus méprisées. Par amour pour ses disciples, il se comporte comme un serviteur et leur lave les pieds. De même que par amour, il acceptera de mourir, cloué sur une croix."

 

Le repas du Seigneur... D'après Mc 14,12-31 : "Jésus et ses disciples partagent le repas de la Pâque qui, selon la tradition juive, rappelle la sortie d'Egypte. Au cours du repas de fête, Jésus annonce qu'un disciple le trahira, que tous l'abandonneront, que Pierre le reniera. Dans ce contexte, Jésus donne un autre sens au repas de la Pâque : être en communion avec lui qui va jusqu'au bout de l'amour en donnant sa vie (son corps et son sang). Les gestes qu'il fait et les paroles qu'il prononce sont pour Marc, et pour les chrétiens, le fondement du rite du partage du pain et du vin."

 

 

 

 

 

Prime à la trahison... D'après Mc 14,3-11 : "Contraste entre celle qui donne tout par amour et celui qui donne quelqu'un pour l'argent. Contraste entre les uns qui s'indignent d'un cadeau, et les autres qui se réjouissent d'une trahison. Pourquoi Judas décide-t-il maintenant de livrer Jésus aux autorités ? Veut-il participer au complot ? Veut-il de l'argent ? Ou pour quelle autre raison ? Marc ne donne pas de réponse."

6e jour : le Vendredi Saint - la condamnation...

Lâche ou responsable ? D'après Mt 27,15-26 : "Rien ne se déroule normalement. Pilate, qui a le pouvoir de décision, obéit à la foule manipulée par les chefs religieux pour soutenir Barabbas. Il a beau s'en laver les mains, il n'en est pas moins responsable. Rien ne l'obligeait à condamner Jésus. La vie humaine n'a souvent que peu de poids dans les stratégies politiques. Et les foules sont influençables. C'est si facile de hurler avec les loups !"

 

Le pire des supplices... D'après Mt 27,32-38 : "Les Romains crucifiaient les esclaves en fuite et les rebelles. Le condamné portait le montant transversal de la croix jusqu'au lieu de l'exécution. C'était un supplice atroce. Le crucifié mettait plusieurs jours à mourir lentement, asphyxié. Jésus, affaibli par les coups, mourra plus rapidement."

 

7e jour : La veillée pascale - Silence...

En attendant... D'après Lc 23,50-56 : "Selon la coutume juive, on enveloppait le corps du mort dans un tissu, puis on le déposait dans un tombeau creusé dans la roche, fermé par une grosse pierre. Le sabbat allait commencer. Il interdisait de toucher le corps d'un mort et de se déplacer hors de la ville. Jésus ne pouvait donc pas être embaumé tout de suite."

le dimanche de Pâques

(Le dimanche de Pâques entame le temps pascal et n'est donc compris ni dans le carême ni dans la semaine sainte, mais étant étroitement lié à la semaine sainte, nous préférons inclure un commentaire biblique à ce sujet.)

 

 

 

 

Vivant ! D'après Mt 28,1-17 : "Peu nous est dit sur la résurrection. Une seule nouvelle importe : Jésus, qui était mort, est ressuscité : il est vivant ! C'est le cœur de la foi chrétienne. Les premiers témoins sont partagés entre une joie immense et la peur, entre la certitude de la foi et le doute. Cette vie plus forte que la mort reste pour les croyants un mystère qui appelle à la foi."


Le temps pascal

Il commence le dimanche de Pâques avec la résurrection de Jésus.

(Notons que la résurrection de Jésus est le dernier événement raconté dans les Evangiles.)

La fête de Pâques

Pourquoi la date de Pâques n'est-elle pas toujours la même (comme Noël) ?

On célèbre Pâques le dimanche qui suit la pleine lune de printemps. L'équinoxe de printemps étant le 21 mars,

Pâques est au plus tôt le 22 mars et au plus tard le 25 avril.

Pourquoi le lundi est-il férié ?

Depuis le Moyen Âge, la semaine qui suit la fête de Pâques s'appelle "l'Octave

de Pâques" (du latin "octavus" = huitième). Elle a été longtemps entièrement fériée. Depuis le 19e siècle en France, seul le lundi l'est resté.

Dans la tradition populaire, c'est le lundi de Pâques qu'a lieu la fameuse

"chasse aux œufs" (voir plus loin).

C'est quoi l' "agneau pascal" ?

Le sacrifice de l'agneau tire son origine d'un ordre de Dieu à Moïse, avant la libération d'Egypte : les hébreux et leur famille sont épargnés de la dernière plaie de Dieu

contre les égyptiens car ils ont mis du sang d'un agneau sacrifié pour cela

sur les montants des portes de leur maison.

Pour les chrétiens, Jésus est identifié à cet agneau qui accepte de donner sa vie

pour sauver les hommes.

Ceci donne lieu à une tradition culinaire : Le dimanche de Pâques, il est donc traditionnel pour les chrétiens de manger de l'agneau.

Pourquoi mange-t-on du chocolat à Pâques ?

 

Le carême est terminé, finies les privations !

 

Le chocolat étant associé au plaisir, il est très souvent ce qu'on décide de ne plus manger

pendant le carême ; il revient alors en force ce jour-là !

Pourquoi des œufs décorés et des poules, comme symboles de Pâques ?

Au Moyen-Age, il était interdit de manger des œufs pendant le carême (trop riches). Mais les poules ne s'arrêtaient pas de pondre pour autant ! On décorait alors

les œufs pour se les offrir le jour de Pâques.

 

Et puis, chez les Égyptiens, les Perses et les Romains, l’œuf était un symbole de vie, que l’on s’offrait au printemps.

 

Plus largement, les poules ont rejoint leurs œufs dans cette symbolique.

Quel rapport avec les cloches ou les lapins ?

En signe de respect pour Jésus dont on se rappelle le dernier jour entre le jeudi saint

et le dimanche de Pâques, on ne fait pas sonner les cloches des églises pendant

cette période.

L'explication donnée aux enfants est que les cloches absentes vont se faire bénir

par le Pape à Rome. En rentrant, elles viennent déposer dans les jardins le chocolat dont les enfants ont été privés pendant le carême.

En Allemagne et dans l’est de la France, les lapins cachent dans les jardins, les œufs semés par les cloches.

Et les poissons dans tout ça ?!

Ils font référence à l'Evangile selon St-Jean (Jn 21,1-14) dans lequel Jésus ressuscité apparaît

à ses disciples au bord du lac de Tibériade : Après une nuit de pêche où ils reviennent bredouilles et épuisés, ils ne voient pas Jésus en cet homme sur la plage qui les invite à retourner pêcher.

Malgré leur fatigue et prêts à tout, ils repartent et leurs filets manquent alors de se déchirer

sous le poids des poissons. C'est alors qu'ils reconnaissent Jésus. C'est l'épisode connu sous le nom de "pêche miraculeuse".

L'Ascension

Elle se fête 40 jours après Pâques, c'est pour cela que c'est un jeudi.

Le livre des Actes des apôtres qui suit les récits des Evangiles commence ainsi :

 

"Cher Théophile, dans mon premier livre (St-Luc est l'auteur de l'Evangile qui porte son nom mais aussi du livre des Actes des apôtres) j'ai raconté tout ce que Jésus a fait et enseigné dès le début jusqu'au jour où il fut enlevé au ciel. Avant d'y monter, il donna ses instructions, par la puissance du Saint-Esprit, à ceux qu'il avait choisis comme apôtres. En effet, après sa mort, c'est à eux qu'il se montra en leur prouvant de bien des manières qu'il était vivant : pendant 40 jours (tiens ! encore le nombre 40 - voir sa signification au paragraphe du carême), il leur apparut et leur parla du Royaume de Dieu. Un jour qu'il prenait un repas avec eux, il leur donna cet ordre : "Ne vous éloignez pas de Jérusalem, mais attendez ce que le Père a promis, le don que je vous ai annoncé. Car Jean a baptisé avec de l'eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés avec le Saint-Esprit."

Ceux qui étaient réunis auprès de Jésus lui demandèrent alors : "Seigneur, est-ce en ce temps-ci que tu rétabliras le royaume d'Israël ?" (Les apôtres pensaient encore qu'il était revenu à la vie pour chasser les romains d'Israël...) Jésus leur répondit : "Il ne vous appartient pas de savoir quand viendront les temps et les moments, car le Père les a fixés de sa seule autorité. Mais vous recevrez une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'au bout du monde." Après ces mots, Jésus s'éleva vers le ciel pendant que tous le regardaient ; puis un nuage le cacha à leurs yeux." (Ac 1,1-9 selon Ze Bible)

La Pentecôte

Cette fête a lieu 50 jours après Pâques et termine le temps pascal.

Comme Jésus l'avait annoncé à ses disciples, il est remonté vers son Père mais il est revenu sous la forme du Saint-Esprit (la 3e personne de la trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit).

La Bible parle de langues de feu qui se seraient posées sur chacun d'eux et leur auraient permis de parler toutes les langues et ainsi d'être compris de tous (Ac 2,3) .

C'est ça le Saint-Esprit : c'est cette force qui rejoint chacun dans sa personne propre et qui permet d'aller vers les autres

quels qu'ils soient et leur annoncer la joie de Jésus dans leur cœur ! C'est lui qui agit encore aujourd'hui !

 

Souvenons-nous : Jésus est mort, il est ressuscité et donc vivant avec ses amis. S'il était resté avec eux, il aurait fini par mourir

de vieillesse comme eux, et l'histoire se serait arrêtée là : la belle histoire du fils de Dieu qui a vaincu la mort... Super émouvant... mais, et nous dans tout ça ?!!!

 

 

Mais Dieu a fait revenir Jésus à lui pour le renvoyer sur terre sous la forme de l'Esprit

qui va toucher les cœurs de tout le monde !

 

Grâce à sa résurrection, Jésus vit en chacun de nous sous la forme du Saint-Esprit. 

Pourquoi existe-t-il un "lundi de Pentecôte" férié ?

Comme pour Pâques, il y a eu une époque (avant la Révolution) où toute la semaine qui suivait Pentecôte était fériée. Depuis le 19e siècle en France, seul le lundi l'est.

Suite à la canicule de l'été 2003, le gouvernement français a décidé que le lundi

de Pentecôte deviendrait la "journée de  solidarité envers les personnes âgées"

et en fait un jour travaillé mais non-rémunéré. Aujourd'hui, la décision de le faire appartient à chaque entreprise.

Même si ça n'a rien de religieux, nous chrétiens pouvons y voir un geste vers les autres animé par le Saint-Esprit...